Call: 0123456789 | Email: info@example.com

Ostéopathes une possible révision de leur statut sème la discorde


first_imgOstéopathes : une possible révision de leur statut sème la discordeFrance – “Les ostéopathes ne se laisseront pas manipuler !”. Tel est le mot d’ordre lancé par l’Ufof, Union fédérale des ostéopathes de France, aux 6000 ostéopathes en exercice et aux étudiants. L’organisation dénonce “une nouvelle proposition de loi portant gravement préjudice à l’organisation de la profession d’ostéopathe et à la sécurité du patient”. “Nous ne pouvons que nous étonner devant l’incohérence d’un tel projet, précise le président de l’Ufof Dominique Blanc dans un communiqué. “Il fait totalement abstraction des mesures actuellement préparées par le ministère de la Santé […] pour appliquer les dispositions de la loi HPST et notamment, une durée minimum de formation de 3520 heures garantissant, pour le patient, une meilleure qualité des soins”.Selon l’Ufof, ce texte se propose d’abroger l’article 75 de la loi de 2002, laquelle avait permis la reconnaissance de l’ostéopathie. Une proposition “dangereuse et incohérente”, rejetée avec véhémence par l’organisation qui souligne le risque de voir disparaître le titre d’ostéopathe et la formation en 3520 heures légalisée en juillet 2009, sans justification et sans garantir une meilleure qualité des soins au patient. Ne cachant pas sa déception, l’Ufof a déjà averti qu’elle allait porter le problème devant les “plus hautes instances de l’État”.  Le 9 mars 2010 à 12:18 • Emmanuel Perrinlast_img